Des cigognes et des enfants

Ce week-end, pour fêter la Journée mondiale des Oiseaux migrateurs, ADF a invité des enfants de tous âges à observer les cigognes blanches de Berkane.

Observation des cigognes

Un groupe important de cigognes a en effet élu domicile en plein cœur de la ville pour y faire ses nids, et élever ses petits.  L’association APROCIB, présidée par M. Chemlali a organisé cette visite en partenariat avec ADF. 5 enfants des éco-familles d’ADF avaient répondu présent. 7 enfants de passage ont rejoint notre petit groupe, encore grossi par des adultes intéressés par nos discussions. Munis de jumelles, ils ont pu observer les vas-et-viens des cigognes occupées à nourrir leurs petits. Et il y a du travail : les cigogneaux restent environ 2 mois au nid avant de s’envoler, et ont besoin de l’équivalent de 5 000 souris chacun pour bien grandir !

Cigogne

 

Grâce à sa position géographique privilégiée, le Maroc est doté de deux populations de la cigogne blanche :

  1. Une population hivernante venant d’Europe via le détroit de Gibraltar
  2. Une population nicheuse proprement africaine, dont l’évolution à l’échelle nationale est alarmante

Il est de plus en plus primordial de protéger les espaces choisis par ces oiseaux pour faire étape au cours de leur migration. Leur survie dépend de la disponibilité de ces espaces naturels, qui leur fournissent alimentation, repos et nidification. Ils constituent des sites clés le long des itinéraires de migration, leur permettant de parcourir d’énormes distances, qui se chiffrent parfois en milliers de kilomètres.

L’Homme et ses activités endommagent de plus en plus ce genre de site, directement ou indirectement. Si un espace-étape est endommagé, c’est toute la chaîne de la migration qui est remise en cause. Le risque est de voir diminuer drastiquement le nombre d’oiseaux parvenant à survivre à leur long voyage. 

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather